Cette ville fortifiée médiévale a beau être inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle a pourtant été la (petite) déception de mon voyage en Roumanie. Il s’agit d’une ville photogénique qui ravira les photographes, mais Sighisoara vaut-elle le coup de rester plus d’une journée ?

Je ne vais pas beaucoup m’attarder sur cette partie de mon voyage, car, disons-le clairement, elle ne m’a pas beaucoup marquée. Mais étant donné que j’avais sélectionné cette étape à cause des nombreux avis et conseils, j’ai trouvé cela utile d’en donner un avis un poil plus nuancé pour tous ceux qui souhaitent visiter Sighisoara. Si vous avez manqué mes deux premiers articles, cliquez ci-dessous !

Sighisoara compte trop sur le tourisme !

Sighisoara est constituée d’un centre historique, perché sur un plateau entouré de murailles, et de sa ville basse au pied de la colline. A première vue, c’est une jolie ville très calme. Sauf qu’elle est bien trop touristique pour sa petite taille. Ainsi, lorsque les touristes ne sont pas au rendez-vous, elle tombe dans une certaine torpeur.

Le centre historique, très bien conservé, se visite en une heure chrono et est envahi de bouis-bouis à touristes, dont la plupart étaient fermés lorsque j’y sommes allée. La qualité des quelques restaurants testés (les rares ouverts) est quant à elle bien moindre qu’à Brasov ou Sibiu. J’avais vraiment l’impression que la ville tournait au ralenti en attendant le flot de touristes, qui apparemment ne font que venir et repartir dans la journée. Je pense donc que c’était une erreur de rester deux nuits sur place, car le tour est, en fait, vite fait (bien que très joli au demeurant).

Une des ruelles colorées de Sighisoara

Je comptais visiter les alentours, mais les villages qui m’intéressaient nécessitent de reprendre le train jusqu’à Medias, pour rejoindre, par exemple, le village de Biertan (assez connu). Les horaires et destinations de bus étaient, quant à eux, assez mal fichus à la gare centrale. J’ai donc lâché l’affaire. Il faut dire aussi qu’il a plu pendant presque tout mon séjour à Sighisoara, du coup ça a un peu plombé le moral et probablement contribué au ralentissement de la ville.

Les choses à voir à Sighisoara ne sont pas là où on le croirait

J’ai donc eu l’occasion de faire quelque chose que, je pense, peu de gens font à Sighisoara : se balader dans ses quartiers résidentiels. Comme j’avais du temps à tuer mais pas assez pour passer ma journée dans un train ou un bus, j’ai décidé de parcourir les quartiers plus éloignés du centre-ville à pied.

C’était, je pense, là que j’ai découvert un aspect beaucoup plus sympa de Sighisoara ! Je ne faisais que passer devant les petites maisons roumaines, mais cela m’a permis de voir de la vraie vie locale. Alors bien sûr, pour trouver de quoi manger et de quoi boire, c’est une autre paire de manches. Je pense que personne ne s’attend à voir des touristes pousser aussi loin leur exploration de la ville, hormis ceux qui sont véhiculés. Mais ça vaut le coup, bien plus que de rester cloisonné derrière les murailles de la cité médiévale.

Train touristique de Sighisoara
Si vous restez quand même dans la cité fortifiée, vous pouvez faire le petit train…

Après Sighisoara, mon dernier périple roumain m’attendait : 6h dans un train pour rallier Bucarest, à 300 km de là. J’ai eu la chance d’avoir une place assise car j’ai pris un billet de train la veille, mais certains ont fait le voyage debout de bout en bout, et les trains roumains sont très loin d’être des exemples de confort. Prudence donc ! Pour connaître toutes les infos pratiques sur la Roumanie, j’ai écrit un article dédié. Rendez-vous dessus pour parfaire votre séjour !