À propos des p’tites mains derrière Zone Blanche

Archéologue 2.0 auto-proclamée

Alexandra Koeniguer, Alsacienne de 32 ans. Enchantée de faire votre connaissance ! Je vis en ce moment à Lyon où je travaille en tant que chef de projet éditorial web freelance. Passionnée par les voyages, je suis toujours à l’affût de ma prochaine destination. Comme des milliers d’autres blogueurs…

Mais la raison d’être de ce blog, justement, c’est avant tout parce que je suis une grande curieuse de l’étrange. J’aime collectionner toutes les petites perles incongrues de cette Planète, en témoigne mon amour des encyclopédies et atlas… J’adore jouer à l’archéologue 2.0 en farfouillant dans les méandres du net pour y trouver les informations qu’il me faut.

“Mettre en évidence des choses cachées” est un trait de caractère que j’ai depuis toujours. D’ailleurs, mes métiers de rêves tournaient toujours autour de ça : paléontologue, détective, police scientifique, ethnologue, archéologue… Alors, à force de voyager exprès dans des endroits bizarres et de me documenter jusqu’à l’excès sur tout ce que la planète recèle de plus étrange, j’ai eu envie d’en faire un blog.

Vous êtes un acteur du tourisme ?

Avec ma casquette de freelance, je travaille avec des structures touristiques. Ouverte à toute collaboration, je me spécialise néanmoins en écotourisme. En parcourant Zone Blanche, vous découvrirez un échantillon de toutes les compétences professionnelles que je peux déployer pour vos projets éditoriaux :

  • Stratégie éditoriale

  • Rédaction web / veille

  • Et bien plus encore, vous pouvez visualiser mon parcours sur LinkedIn (7 ans de métier !) et mon portfolio sur mon site pro pour en savoir plus.
À cela se rajoute également la photographie, un loisir devenu passion grâce à mon Canon EOS M50. Vous pouvez consulter mes balades photos et ma galerie pour vous faire une idée !

J’ai également eu le grand plaisir d’être blogueuse invitée au fameux salon des blogueurs de voyage 2019, qui s’est déroulé à Lille. Voici un exemple d’article tiré de ce blogtrip. Je vous invite à me contacter si mon travail vous plait !

À propos de Zone Blanche

La genèse

Après avoir passé autant de temps à écumer la Toile, j’avais moi aussi envie de participer à l’effort collectif de transmission de savoir. Après mûre réflexion, j’ai créé le blog Zone Blanche qui propose une convergence parfaite entre les voyages, l’aspect “collection” de lieux méconnus, et la recherche “hardcore” d’informations, des thèmes qui me tiennent particulièrement à cœur ! J’ai mis mes mains dans le cambouis, et le site a vu le jour en février 2016 🙂

Qu’allez-vous y trouver ?

Zone Blanche vise ainsi à débusquer des endroits trop souvent oubliés de notre Planète, et à les faire connaître au plus grand nombre en leur offrant un espace rien qu’à eux, ici même. C’est un peu mon coffre au trésor virtuel, regroupant mes plus belles découvertes ! L’essence même du site peut être résumée par cette citation :

Malgré la couverture satellite permanente et le maillage des caméras de surveillance,
nous ne connaissons rien du monde.

— Philippe Vasset (Livre Blanc)

Zone Blanche, c’est une rencontre régulière avec le Monde, une petite piqûre de rappel pour éviter que des choses qui ne devraient pas être oubliées soient perdues (non, je ne parle pas de l’Anneau Unique !), et surtout : une mine d’infos pour votre prochain voyage !

D’où vient le nom “Zone Blanche” ?

Terra australis
L’Antarctique à peine esquissé sur une vieille carte de la National Library of Australia.

Historiquement, une zone blanche était une manière graphique de représenter une partie d’une carte non découverte, souvent accompagnée sur les vieux exemplaires de la locution latine terra incognita (“terre inconnue”) ou hic sunt dracones (“ici, il y a les dragons”). Aujourd’hui, ces termes peuvent désigner les zones des cartes laissées vierges pour faciliter la lecture, ou parce qu’elles sont tout simplement méconnues.

À l’heure des nouvelles technologies, la “zone blanche” est également une expression utilisée pour désigner un endroit non couvert par les réseaux de télécommunication. Il s’agit de territoires majoritairement peu peuplés, souvent délaissés.

Le nom du site est un condensé de toutes ces définitions !

Disclaimer

Je tiens à souligner que je ne me suis pas rendue personnellement dans tous les endroits dont je parle (car trop lointains, trop chers, trop inaccessibles…).

Ces articles, qui constituent pour le moment le gros du troupeau, sont avant tout le fruit d’un travail de veille intense pour essayer de restituer au mieux une image fidèle, à un instant T, du terrain étudié. J’étaye ce dont je parle par des sources dont je vérifie systématiquement la fiabilité. Cependant, des erreurs ou omissions peuvent apparaître malgré ma vigilance. Je vous invite d’une part à me contacter pour me les signaler (avec des sources de référence, c’est mieux !), d’autre part à poursuivre ce travail de veille si vous souhaitez vous rendre dans un endroit dont vous avez entendu parler ici, notamment en ce qui concerne la logistique (transports, hébergements,…).

Mes carnets de route regroupent quant à eux les voyages que j’ai eu la chance de faire moi-même.

Besoin de me contacter ?

Il suffit de remplir le formulaire de contact mis à votre disposition ou de me joindre via Twitter ou Facebook, je vous répondrai dans les meilleurs délais 🙂

Fermer