Ma découverte du parc naturel régional du Pilat en automne m’avait tellement marquée que je n’ai pas résisté à l’envie d’y retourner en plein hiver. Cette expédition, que j’appellerai sobrement « Mission : Fuir Lyon », s’est révélée être bien plus qu’une simple sortie au grand air. Entre neige, givre, froid mordant et brouillard à couper au couteau… Bienvenue dans le monde de Narnia où l’hiver semble ne jamais s’arrêter !

Contre toute attente, cette journée au parc du Pilat a été la seule fois où j’ai vu de la neige cet hiver (en France). Et pourtant, ce n’était pas du tout ce que j’étais venue y chercher. Avec plus de 10°C dans la vallée, j’avais un peu de mal à concevoir l’existence même de quelques flocons, tout comme M. Opossum (c’est mon homme, j’ai toujours pas compris pourquoi il a choisi ce surnom). La route qui parcourt le massif était bordée çà et là de prairies à l’herbe grasse et verte, si bien que lorsque j’ai pris de l’altitude, une discussion cocasse a eu lieu dans la voiture :

M. Opossum : « Tiens, ce serait pas de la neige là sur le bord de la route ? » (espoir naissant)

Moi : « Meuh non, c’est pas possible, ça doit être de la moisissure » (esprit rationnel)

Comme j’avais tort. 😅

En un dénivelé record, la neige a recouvert le paysage. Mais ce n’était pas la neige qui nous a frappés. C’était le givre. Une gelée mordante qui enveloppait la moindre brindille de tout ce qui osait dépasser du sol. Une ambiance magnifiée par un brouillard à couper au couteau, que j’ai eu la très grande chance d’immortaliser avec mon appareil photo (dont la batterie a rapidement rendu l’âme à cause du froid mordant). Prenez quelques instants pour découvrir cet endroit hors du temps, digne du roman de C. S.Lewis !

Au royaume de l’hiver éternel

Voici un avant/après : le même endroit pris en photo à 3 mois d’intervalle.

Le parc naturel régional du Pilat en quelques mots

À seulement une heure de route de Lyon, le parc naturel régional du Pilat est une escapade prisée par les citadins alentour pour un bon bol d’air pur.C’est un des premiers parcs de ce type (appelés PNR) qui a vu le jour en France. Sa particularité est qu’il s’agit d’un des PNR les plus peuplés du pays, avec 80 hab/km² ! Il est divisé en 4 zones :

  • La « région de Condrieu » au Nord
  • Le « pays du Gier » à l’Ouest
  • Les « monts du Pilat » au Sud
  • Le « Pilat rhodanien » à l’Est

Randonnées, sports d’hiver, VTT et équitation sont les activités les plus exploitées dans ce parc engagé dans une politique de développement durable depuis 2003. Un must pour ceux qui veulent l’écotourisme !

Détails techniques sur la sortie photo

Appareil photoCanon EOS M50
ObjectifCanon EF-M 22mm f/2 STM + filtre CIR-PL slim Hoya
Villes et villages à voir dans le coinEn arrivant de Lyon ou Grenoble, vous tomberez sûrement sur Pélussin. Utile pour un resto, faire quelques courses ou le plein d’essence, et prendre quelques renseignements auprès de l’Office de tourisme. Malleval est une ancienne (et minuscule) cité médiévale accrochée à un éperon rocheux, à 20 km du crêt de l’Oeillon.
Hébergement(s) testé(s)Aucun (sortie éclair)
Restaurant(s) testé(s)Aucun. Même à Pélussin, tout est fermé hors-saison le dimanche après-midi. Une épicerie Vival peut dépanner sur la place des Croix.
Comment y aller ?A partir de Pélussin, suivre le crêt de l’Oeillon. Il y a un parking aménagé tout en haut, et si vous êtes perdus, repérez l’émetteur qui se voit de loin. Une fois sur place, plusieurs chemins permettent d’aller de crête en crête !
Ressources utilesL’Office de tourisme regroupe toutes les infos sur le site Pilat, mon parc naturel régional et propose une version dédiée aux randonneurs. Pour savoir s’il y a de la neige, consultez la webcam du Pilat !

Même lorsque j’étais enfant (et que la neige existait encore, snif), je n’avais jamais vu un tel spectacle de ma vie. Il ne me reste plus qu’à y retourner au printemps et en été pour apprécier la végétation du parc naturel régional du Pilat sous toutes ses feuilles !


© Tous droits réservés, photos y compris