Quand on veut explorer le Kosovo, on se retrouve confronté au manque d’informations sur ce jeune pays. À ma connaissance, le seul guide de voyage existant en 2022 est celui du Petit Futé. Bien qu’il dresse un portrait historique assez précis, il a certaines lacunes sur des choses toutes bêtes du quotidien : quels sont les arrêts du bus de l’aéroport ? Combien donne-t-on en pourboire ? Quels sont les mots usuels à apprendre en albanais ? En complément de ce guide sur le Kosovo, cet article-FAQ vous sera très sûrement bien utile.

Comment se déplacer depuis l’aéroport de Pristina ?

Si vous optez comme le guide le suggère pour la ribambelle de taxis qui attendent en face du terminal, il vous en coûtera environ 20 € pour rejoindre le centre-ville de Pristina. Mais si vous voulez grappiller quelques euros, vous pouvez appeler un taxi de la compagnie Blue Taxi (et sûrement d’autres compagnies que je ne connais pas), ce qui vous coûtera environ 13 €.

Sinon, il y a une ligne de bus qui fonctionne de 8h à 20h, avec un passage toutes les deux heures, pour 3 € l’aller simple. Voici une photo du plan des différents arrêts.

Comment se déplacer en voiture au Kosovo ?

J’ai eu l’occasion de louer une voiture pendant 5 jours afin de sillonner en long, en large et en travers la partie sud du pays. Pour cette section qui nécessite de donner beaucoup d’infos, je vous ai carrément écrit un guide dédié à la conduite au Kosovo 🚗 !

Est-ce qu’on mange bien au Kosovo ?

Oui, et c’est même la meilleure cuisine que j’ai mangée en voyage 😍. Il y a beaucoup de spécialités qui viennent d’Albanie, Serbie, Grèce… C’est un mélange absolument délicieux, et quiconque visite le Kosovo sera ravi de profiter de sa gastronomie.

Un repas traditionnel consiste en plusieurs « petits » plats qui finissent par avoir du mal à tenir sur la table. On a envie de piocher partout ! Suivez mon conseil : commandez petit, quitte à en reprendre après, car l’indigestion n’est jamais loin (auquel cas, un shot de raki ou un Schwepps vous sauvera la vie, histoire vécue).

Faut-il donner un pourboire au restaurant ?

Il n’est pas obligatoire, mais c’est d’usage de donner 3 ou 4 euros de pourboire pour un bon repas au resto. Si vous allez dans un café ou un bar, vous pouvez laisser 20 ou 30 cents. Si vous ne savez pas quoi donner, appliquez la règle des 10 %, comme en France.

Que mange-t-on au petit déjeuner ?

Les Kosovars ne sont pas vraiment portés sur le sucré, hormis les baklavas. Le petit déjeuner traditionnel est donc salé et consiste grosso modo en une omelette, du pain pita, du fromage, des tomates fraîches ou de la salade, des olives, de la confiture et du miel à déguster avec le fromage. C’est grâce au Kosovo que j’ai remplacé le beurre par du fromage type Carré Frais sur mes tartines, faisant ainsi disparaître mes maux de ventre récurrents 🥰

Combien ça coûte de faire les courses au Kosovo ?

De manière tout à fait surprenante, c’est extrêmement cher de faire ses courses au Kosovo. Quand on rentre dans un supermarché et que l’on voit des paquets de pâtes Barilla à 2 €, on se demande qui peut s’offrir ça là-bas. Et pourtant, c’est assez logique : le Kosovo doit importer pratiquement tout, ce qui se sent sur les prix. En revanche, pour les rares produits made in Kosovo (miel, café, choux…), les prix sont très intéressants. Pour les repérer, c’est facile : chaque produit est étiqueté avec le drapeau du pays d’où il provient.

Que faire quand on se fait offrir un verre de raki ?

Remercier, retenir votre souffle, boire cul sec l’eau-de-vie, et tenter de garder votre sang froid pendant que votre œsophage meurt lentement 🥵. Prier pour qu’un deuxième round ne soit pas proposé. Blague à part, selon mon guide du Kosovo, les locaux vous offrent volontiers un verre de raki et c’est pas très sympa de refuser. Selon mon expérience perso, ça arrive plus souvent qu’on ne le croit alors préparez-vous.

Table garnie
Même au cœur d’une église orthodoxe, vous n’êtes pas à l’abri d’une embuscade de raki *hips*

Est-ce que les coupures d’électricité sont toujours d’actualité ?

En hiver, quand tout le monde se chauffe, les plombs sautent. C’est pour ça que la plupart des hôtels et immeubles ont des générateurs de secours. J’ai connu au moins une panne de courant qui a duré plusieurs heures, qui serait passée inaperçue si ce n’était la coupure totale de wifi et le bruit ronflant du générateur. Une situation qui tend à s’aggraver, alors que la plus grande centrale électrique du pays a dû fermer en décembre 2021 et que 40 % de l’énergie du Kosovo dépend de l’import. 

Le Kosovo est-il un pays dangereux ?

Honnêtement, je ne sais pas. Je ne me suis jamais sentie en insécurité pour ma part, mais je ne fais pas n’importe quoi non plus, et mon conseil est de rester vigilant au Kosovo. Par contre je sais qu’on peut tomber sur des ours dans les montagnes ou sur des chiens errants (en ville et en campagne) qui peuvent être agressifs quand ils sont en bande, surtout lorsqu’il y a une femelle en chaleur. À Pristina, ils sont tous identifiés et vaccinés contre la rage, mais je ne sais pas si c’est le cas dans les autres endroits. Tous les chiens qui erraient seuls que l’on a rencontrés étaient sympas avec nous.

Chien au Kosovo
Un bon gros pépère au Kosovo qui joue les modèles pour Jelena, de passage au monastère

Il reste encore formellement déconseillé de s’aventurer hors des sentiers à cause des mines antipersonnelles datant de la guerre.

Quelle langue parle-t-on au Kosovo ?

On y parle albanais en majorité, et serbe dans les enclaves serbes. D’ailleurs c’est très exotique quand vous pénétrez dans une enclave serbe, car les panneaux virent au cyrillique et les prix sont affichés en dinars serbes.

Pour briser la glace avec les locaux, apprendre quelques mots d’albanais sera votre priorité n°1. On peut aussi parler anglais, allemand (une grande partie de la diaspora vit en Allemagne), français, italien, turc… Mais il y a beaucoup de situations où on a fini en mode Lost in Translation quand même. Dans ce genre de cas, la langue des signes reste universelle, et sinon il existe des imagiers pour vous sortir de la plupart des situations.

Pour ma part j’utilise G’palémo du Routard, que j’avais oublié en partant au Kosovo 😅

Quelques mots courants en albanais

Bonjour : Mirëdita 
Bonsoir : Mirëmbrëma
Merci : Faleminderit
S’il vous plait : Ju lutem
Au revoir : Mirupafshim
Oui/Non : Po/Jo (prononcé yo)

Comment se passe la pratique de l’islam au Kosovo ?

Il y a pléthore de mosquées au Kosovo desquelles retentit l’appel du muezzin plusieurs fois par jour. Cependant, on ne croise pratiquement pas de femmes voilées. D’ailleurs, les jeunes femmes kosovares aiment être ultra-lookées et habillées très court quand elles sortent le soir, sans que ça ne pose problème. 

Nous n’avons pas eu l’impression que les Kosovars étaient très pratiquants, leurs (superbes) mosquées étaient bien vides lors de la prière, et je tiens à signaler que j’ai été invitée par un immam à assister à la prière dans la mosquée, avec mes cheveux détachés et non couverts. À Prizren, un épicier nous a confié ne pas aimer quand les touristes d’Arabie Saoudite débarquent car ils sont considérés comme beaucoup trop stricts. Au Kosovo, l’appartenance à une ethnie est plus importante que la religion..

Mosquée à Prizren
La mosquée de Sinan Pacha se détache dans le paysage urbain de Prizren

J’espère que ce guide des questions pratico-pratiques vous aura donné de la matière pour mieux appréhender le Kosovo. Il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur place pour découvrir tout ce que j’ai passé sous silence (faut bien vous laisser quelques surprises quand même 🤫 !).

Cet article vous a aidé ? Laissez-moi un p’tit mot pour le faire savoir !

© Tous droits réservés