Afrique

Méroé, cité des pharaons noirs

Pyramide de Méroé, Soudan

Les pyramides, ce n’est pas qu’une affaire d’Égyptiens ou de Mayas ! La preuve avec la fabuleuse citée antique de Méroé, lovée dans le désert du Soudan. Héritage des pharaons noirs, l’ancienne capitale de Nubie se dresse encore fièrement parmi les collines de sable ocre et invite les visiteurs à déambuler entre ses ruines et sépultures étonnantes. Une halte enchanteresse et surtout au calme, puisque très peu nombreux sont les touristes !

Présentation générale de Méroé

Un vestige nubien de choix

La sublime cité antique de Méroé se trouve dans une zone géographique appelée Nubie, qui englobe le nord du Soudan actuel et le sud de l’Égypte. Elle faisait partie de l’ancien royaume de Koush, un empire puissant grâce à la présence d’or en quantité astronomique, et doté d’une longévité fort impressionnante puisqu’il a fait la pluie et le beau temps en Nubie entre le VIIIe siècle av. J.-C. et le IVe siècle ap. J.-C, soit près de 1 200 ans ! Une position privilégiée qui lui a valu plusieurs conflits avec l’Egypte antique au fil des siècles.

Panorama de Meroe, Soudan
Panorama de Méroé.
© Valerian Guillot / Flickr / CC BY 2.0

A partir du IIIe siècle av. J.-C., Méroé, déjà utilisée comme capitale et résidence principale des souverains et souveraines du royaume de Koush, a remplacé la ville de Napata pour accueillir leurs sépultures royales.

Une ville prolifique méconnue

Les vestiges présents à Méroé ont été découverts en 1822 par les deux explorateurs français Frédéric Cailliaud et Pierre-Constant Letorzec. Ces ruines sont les mieux préservées de l’ancien royaume de Koush. On y retrouve des constructions de l’ancienne ville, des palais, des bâtiments religieux, mais aussi et surtout les fameuses pyramides royales (environ 40 réparties dans 3 nécropoles différentes). Beaucoup d’objets en céramique et en fer ont été retrouvés, donnant une indication du niveau de richesse de la ville.

Pyramide décapitée, Méroé, Soudan
Cette pyramide a été sauvagement décapitée par un explorateur sans scrupule.
© Valerian Guillot / Flickr / CC BY 2.0

On ignore encore beaucoup de choses sur Méroé. Cela ne fait que depuis quelques dizaines d’années que cette civilisation intéresse les chercheurs, car elle était auparavant perçue comme une pâle copie de l’ancien empire égyptien. De plus, le site est trop grand pour être fouillé en long, en large, et en travers, il y a donc de nombreux vestiges encore enfouis. Enfin, des pillages massifs ont eu lieu à la fin de l’Antiquité, et de nombreuses pyramides ont été démontées (ou décapitées !) au XIXe siècle par des explorateurs espérant tomber sur des pièces ou des cachettes secrètes.

Des pyramides curieusement construites

Bien qu’inspirées des méthodes de construction égyptiennes, les pyramides de Méroé sont assez différentes dans leur conception extérieure et intérieure. D’une part, elles sont dotées de fortes pentes et sont beaucoup moins imposantes. D’une autre part, elles ne possèdent en général qu’une seule “chambre” : la pièce accueillant le cadavre royal était creusée dans le sous-sol, et la pyramide était construire ensuite au-dessus du corps, à la manière d’une pierre tombale actuelle pour indiquer la localisation du défunt. On a néanmoins retrouvé des représentations du dieu égyptien Osiris dans des chapelles accolées aux sépultures.

Pyramides à Méroé, Soudan
Des pyramides de toutes les tailles !
© Joe Pyrek / Flickr / CC BY-SA 2.0

L’importance de ces vestiges a été reconnue en 2011 lors de l’inscription du site sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Pourtant, bien peu d’étrangers viennent visiter ces ruines : il est très fort probable que vous soyez le seul touriste à vous balader comme bon vous semble entre les pyramides et les anciens temples. Une expérience totalement inédite à vivre, bien loin de la visite des pyramides d’Égypte !

Un peu de logistique…

Attention, quand vous arrivez au Soudan, il faut d’une part vous enregistrer dans un délai de trois jours dans les fichiers de la police, mais aussi obtenir un permis spécifique si vous comptez vous rendre dans une zone dangereuse.

Comment aller à Méroé ?

Méroé est située à environ 3h de route de Karthoum, la capitale du Soudan. Les solutions les moins casse-tête (mais pas les moins économiques) sont de réserver une excursion avec guide au départ de Karthoum, ou bien de louer un 4×4 ou prendre un taxi depuis Shendi (entre Karthoum et Méroé).

De nombreux voyageurs empruntent les transports en commun depuis la station de Bahri à Karthoum. Il est possible d’y prendre un bus vers Atbara et de demander au chauffeur de s’arrêter sur la route, au village de Begaraweiah, puis de marcher jusqu’à l’entrée du site de Méroé. Pour le retour c’est un peu plus aléatoire : il faut se pointer sur le bord de la route et attendre (en plein soleil) qu’un bus passe. Certains iront directement à Karthoum, d’autres à Shendi et il faudra alors prendre un deuxième bus pour la capitale. Bien que beaucoup de personnes rapportent qu’il est facile d’attraper un bus au retour, d’autres ont eu moins de chance et ont dues être secourues par les propriétaires de dromadaires.

Dromadaire à Méroé, Soudan
C’est possible d’aller à Méroé en dromadaire, mais ça vous prendra 5 jours.
© Walter Callens / Flickr / CC BY 2.0

Dans tous les cas, il faudra se lever (très) tôt le matin car la luminosité la plus belle est lors du lever du soleil sur les pyramides. En plus, les heures passant, la chaleur devient vite incommodante et on ne peut plus vraiment quitter l’ombre pour se balader entre les ruines à moins d’attendre le soir.

Combien ça coûte ?

Très cher si on part en excursion organisée (Méroé est souvent incluse dans un circuit de plusieurs jours, comme ceux de ITC Sudan) ou avec un guide et un chauffeur (autour de 250 € la journée).

L’entrée de Méroé est de 20 livres soudanaises (3 €) mais le gardien tentera probablement de vous demander plus. Il faut se préparer à devoir négocier sur place dans la bonne humeur : photo ou petit tour avec un dromadaire, achats de souvenirs des vendeurs qui feront tout pour que vous ne partiez pas les mains vides… Soyez prévoyant en monnaie !

Où dormir ?

Où vous voulez !

Amateurs de la belle étoile, sachez cependant que des serpents et scorpions rôdent dans le coin, et qu’il est probable que l’on vous demande de payer pour avoir le droit de poser votre duvet dans Méroé même (par contre quel souvenir quand vous vous réveillez contre une pyramide au petit matin !).

Une solution un poil plus confortable est le camping Méroé Camp qui se trouve juste à côté également. Il est ouvert d’octobre jusqu’en avril et propose tentes mais aussi douches, électricité et petit restaurant.

A voir également dans le coin

Kiosque romain à Naqa, Soudan
Le kiosque romain en ruine, visible à Naqa
© LassiHU / Wikimédia / CC BY-SA 2.0

Naqa

C’est une autre cité antique dont les vestiges sont accessibles aux visiteurs. Point de pyramides dans celle-ci, par contre on y trouve plusieurs beaux temples dont le fameux temple du lion, mais aussi des fresques vraiment intéressantes, et un kiosque romain. Elle se trouve à 170 km au nord-est de Karthoum.

La 6e cataracte

A environ 30 km au sud de Shendi se trouve la 6e et dernière cataracte du Nil. Une cataracte désigne une portion du fleuve où se trouvent des rapides, rendant dangereuse la circulation en bateau. Pour la visiter, il faut se rendre à l’endroit appelé Sabalooga Gorge. La vue y est parait-il superbe, une des meilleures que l’on puisse trouver sur le Nil !

Le souk d’Ondurman

Situé de l’autre côté du Nil par rapport à Karthoum, le souk d’Ondurman est un des plus grands d’Afrique ! Il est divisé en plusieurs parties ayant chacune sa spécialité : souk de l’or avec ses bijoutiers, souk des femmes avec ses produits de beauté, souk des artisans du bois et du cuir… Un endroit grouillant de vie (et bruyant), parfait pour dénicher des objets faits main.

Pour aller plus loin

UNESCO : Page de l’UNESCO dédiée à Méroé (FR)
Wikipédia : Page wikipédia sur Méroé (FR)
Wikipédia : Page wikipédia sur les pyramides nubiennes (FR)
Clio.fr : Article de Claude Rilly, chargé de recherche au CNRS, sur la civilisation de Méroé (FR)
Wikitravel : Le wikitravel de Karthoum (FR)
One Chaï : Le récit de voyage de Laurent du blog One Chaï au Soudan (FR)

Crédit photo : © Joe Pyrek / Flickr / CC BY-SA 2.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Top