La boîte à outilsVisites virtuelles

Visitez le système solaire avec Google Maps et la nomenclature planétaire !

Google Maps et la nomenclature planétaire

Que serait un explorateur des temps modernes sans Google Maps ? J’avoue que c’est un outil sur lequel j’aime beaucoup fureter, surtout pour dénicher les coins les plus paumés sur Terre sur lesquels je pourrais écrire. Quelle ne fut donc pas ma joie lorsque j’ai appris que Google venait de nous permettre de visiter… d’autres planètes ! Avec, en prime, plein de noms sympas de cratères et autres à déchiffrer.

En effet, depuis sa dernière mise à jour du 16 octobre 2017, Google a rendu accessible la visite de pas moins de 15 corps célestes, plus la station spatiale internationale. Cette prouesse, rendue possible grâce aux données de la NASA, permet d’explorer plusieurs planètes et satellites et d’en apprécier toute la beauté (bon, faut pas trop zoomer non plus, mais ça reste canon !). Ça vous intéresse ? Il suffit d’enclencher le mode de vue “satellite” sur l’outil et de scroller jusqu’à “sortir” de la Terre !

Me voici, donc ce vendredi dernier, à sautiller d’une planète à l’autre pour en découvrir tous les recoins. Et la bonne nouvelle, c’est qu’ils sont nommés ! C’est d’ailleurs ce qui m’amène à rédiger cet article. En constatant qu’il y avait a priori une certaine logique dans les noms choisis pour chaque corps céleste, j’ai voulu en savoir plus sur le sujet. C’est ainsi que j’ai découvert le principe de nomenclature planétaire.

La nomenclature planétaire, comment ça marche ?

Il s’agit d’un système d’assignation de noms, chapeauté depuis 1919 par l’Union astronomique internationale, qui désigne des formations topographiques sur un corps céleste. Pour chaque planète et satellite, un ou plusieurs thèmes sont choisis et tous les noms des cratères, fosses, plaines etc. suivent ce principe. Et comme ils sont plutôt rigolos, voici un petit résumé pour chaque nouveauté de Google Maps !

Mercure : l’art sous toutes ses formes

Ici, on retrouvera majoritairement des artistes décédés reconnus internationalement :

  • Pas mal de peintres, tels que le japonais Hokusai, Matisse, Delacroix ou encore Rembrandt…
  • … Mais aussi des musiciens comme Vivaldi, Schubert et Beethoven.
    Et enfin, des écrivains comme Proust, Rabelais ou Dostoevskij.

A première vue, il n’y a pas vraiment de rapport avec la figure mythologique du même nom, dieu romain du commerce. Mais j’ai peut-être loupé quelque chose ?

Vénus : honneur aux femmes !

Sans grande surprise, les diverses formations de cette planète doivent toutes leur nom à un personnage féminin, surtout des personnages mythologiques :

  • On retrouve plusieurs déesses que l’on connaît bien dans notre folklore, comme Aphrodite ou Artemis.
  • D’autres un peu moins célèbres comme les déesses de la guerre Morrigan (celte) ou Ishtar (mésopotamienne).
  • Et pas mal d’autres personnages comme Yuki-Onne (esprit japonais de la mort), qui permettent d’enrichir nos connaissances en mythologie du monde entier.

La Lune : un joli mix des sciences

Sur notre petit satellite, la thématique des sciences se scinde en 3 catégories majeures :

  • Les scientifiques et explorateurs célèbres : Pasteur, Archimède, Einstein, Montgolfier…
  • La géomorphologie, où nos montagnes ont prêté leurs noms aux “monts” lunaires : Caucase, Alpes, Pyrenaeus… Il y a même un Montes Jura (mais pas de Montes Vosges, nul).
  • Pour finir, la climatologie. On retrouve par exemple Mare Nubium (mer des nuages) ou encore Mare Undarum (mer des ondes).

Mars : hommage aux amis de la planète rouge

Les astronomes Giovanni Schiaparelli et Eugène Antoniadi ayant déjà réalisé des cartes de Mars (fin XIXè / début XXè siècle), plusieurs termes latin et grecs en sont repris. Néanmoins, on peut noter l’apparition de quelques figures notables, écrivains ou scientifiques, qui ont contribué à la popularité de cette planète, parmi lesquels :

  • H.G. Wells, auteur de La Guerre des Mondes.
  • Kepler, qui a calculé l’orbite de Mars.
  • Herschel, qui a découvert la présence des calottes glaciaires de Mars.

Cérès : une ode à l’agriculture

Cette planète naine tenant son nom de la déesse romaine de l’agriculture, il était du coup logique de rester dans la même veine. Ainsi, on y retrouvera trois types principaux de noms :

  • Ceux qui proviennent de figures mythologiques liées à l’agriculture et à la végétation, comme Vinotonus (dieu celte du vin).
  • Ceux qui désignent des termes spécifiques liés à l’agriculture, comme Sekhet (terme égyptien désignant la zone entre un marécage et une terre cultivée).
  • Et ceux qui représentent des événements terrestres autour de l’agriculture, parmi eux : Hanami (du festival japonais où l’on contemple les fleurs de cerisiers), ou encore Samhain (la version originale gaélique d’Halloween, qui célèbre la fin des récoltes et l’arrivée de l’hiver).

Io : attention, c’est chaud !

Avant d’être une lune de Jupiter, Io était la maîtresse de Zeus (alias Jupiter chez les romains). Était-elle chaude comme la braise ? En tout cas, ce satellite bénéficie d’une tripotée de noms liés aux figures mythologiques du feu, comme :

  • Amaterasu (déesse japonaise du soleil)
  • Svarog (dieu slave du soleil)
  • Thor (dieu nordique du tonnerre)

Qui plus est, on y retrouve une seconde thématique liée à l’Enfer de Dante, dans son oeuvre La Divine Comédie, comme Mongibello Mons (le volcan où se situe la forge de Vulcain).

Europe : la touche celtique

Europe, encore une conquête de Zeus ! Mais cette fois-ci, rien à voir question thématique pour ce satellite de Jupiter : on est sur un registre purement celte, avec pêle-mêle :

  • Des endroits qui existent comme le Connemara, en Irlande, ou Drumskinny, un cercle de pierres en Irlande du Nord.
  • Des endroits qui n’existent pas (ou en tout cas que l’on a pas encore trouvé), comme Annwn, l’équivalent celte du Paradis.
  • Et des figures mythiques comme Brigid, la déesse-mère celte.

Ganymède : le berceau de l’agriculture

Initialement une énième conquête de Zeus (mais combien en a-t-il eues ??), Ganymède tournoie gaiement autour de Jupiter et fait la part belle au croissant fertile, berceau de l’agriculture pour l’Humanité. Avec en guests stars :

  • Des anciennes cités mythiques (Babylone, Nineveh).
  • Et des divinités du coin, comme Tiamat (divinité mésopotamienne des océans) ou Lakhmu (divinité akkadienne, un des premiers dieux, enfanté par Tiamat).

Mimas : le Roi Arthur est passé par là

A priori, pas de sacré Graal sur Mimas, lune de Saturne. Pourtant, on y retrouve uniquement des noms qui proviennent de la légende du Roi Arthur !

  • Certains lieux comme Avalon et Camelot.
  • Des chevaliers de la table ronde comme Perceval, Galahad, Bors…
  • Des personnages mythiques qui gravitent autour d’Arthur : Merlin l’enchanteur, son papa Uther, la fée Morgane…
  • Et même Tristan et Iseult, deux cratères l’un à côté de l’autre ! How cute 🙂

Encelade : un petit tour en tapis volant

Cette autre lune de Saturne n’est pas en reste côté littérature, puisqu’elle fait la part belle aux célèbres contes des Mille et Une Nuits. Avec notamment :

  • Des noms de personnages célèbres, que vous connaissez tous : Aladdin, Ali Baba, ou encore Sindbad le marin…
  • … Mais aussi des noms de majestueuses cités, dont Samarkand (une des plus anciennes villes d’Asie centrale, située en Ouzbékistan) mais aussi Damascus, l’actuelle Damas, capitale de Syrie.

Dioné : une épopée signée Virgile

Encore une lune de Saturne, sont les curiosités topographiques sont cette fois-ci tirées de l’Enéide de Virgile, ce récit qui raconte l’histoire d’Enée, héros de la guerre de Troie. Comme pour Mimas et Encelade, on y retrouve principalement :

  • Des personnages tels que Rémus et Romulus, descendants d’Enée dont les cratères sont l’un à côté de l’autre, mais aussi des figures telles qu’Haemon, fils du roi de Thèbes et de la dryade Eurydice.
  • Certains lieux qui sont le théâtre des aventures d’Enée : Carthage (puissante citée aujourd’hui située en Tunisie), ou encore Tibur, l’actuelle Tivoli près de Rome.

Rhéa : la Création, sinon rien !

Pour cette Titan, fille grecque du dieu du ciel et de la déesse de la Terre, on met la barre haute, avec la mise en place d’un club très sélect’ de personnages et lieux mythiques de la création de la Terre. En voici quelques uns :

  • Wakonda, une figure essentielle des Sioux, créatrice de toute choses
  • Gucumatz, le dieu créateur Maya
  • Kunlun, du nom d’une montagne sacrée en mythologie chinoise où résident les immortels.

Titan : sacrément épicée

Ce nouveau satellite de Saturne possède plusieurs thématiques, mais est globalement THE place to be pour les amateurs de science-fiction. Voyez plutôt :

  • Si vous avez lu l’oeuvre Dune, de Frank Herbert, vous serez ravis d’apprendre que certaines planètes ont prêté leur nom aux aspérités de Titan : Arrakis, Poritrin, Lankiveil, ou encore Gansireed.
  • C’est aussi un endroit où on retrouve pas mal de choses liées à l’eau, dont des créatures mythiques telles que le Kraken.
  • Un peu hors-sujet cette fois, on peut aussi y découvrir des noms de figures mythologiques liées au bonheur, comme le personnage Polaznik (slave) ou Menrva (déesse étrusque).

Japet : la favorite des troubadours

On clôt le chapitre “lunes de Saturne” avec Japet, qui reprend les protagonistes et lieux de la fameuse Chanson de Roland, ce poème épique composé au XIè siècle et transmise verbalement par les artistes de l’époque. Avec, pour ne citer qu’eux :

  • Charlemagne, qui donna l’épée Durendal à Roland
  • Ganelon, beau-père de Roland
  • Roncevaux, le lieu où trépassa Roland

Pluton : last but not least…

Si je devais décerner une médaille à une thématique de nomenclature planétaire, ce serait pour la planète naine Pluton. On y retrouve tout simplement les noms, toutes mythologies confondues, qui désignent l’Outre-Monde… avec une pincée de Tolkien dedans !

  • Quidlivun, que les inuits désignent comme étant l’endroit sur la Lune où vont les trépassés
  • Pandemonium, la capitale de l’Enfer
  • Cthulhu, la créature monstrueuse de Lovecraft
  • Et côté Seigneur des Anneaux, on y retrouve Morgoth et Balrog. Classe, pas vrai ?

Vous êtes arrivés jusqu’ici ? Félicitations, votre courage est récompensé par la possibilité d’élire la nomenclature planétaire de votre corps céleste préféré en commentaire ! Et si vous souhaitez découvrir encore plus de choses, rendez-vous sur le site We Name The Stars qui recense encore plus de corps célestes 🙂

Crédit photo : Traphitho / Pixabay

2 comments

  1. Il me semble que Percival était plutôt du genre bonhomme, donc même avec deux oeufs, il ne me semble pas être autorisé à mettre un ‘e’ à la fin de son patronyme.
    Voici, voilà…
    Mais c’est cool,…
    Me rappelle ma librairie……
    Bisous

    1. Il a un œuf en trop parce que j’ai repris les termes anglais qui sont sur Google Maps, mais c’est vrai que ça porte à confusion ce mélange des langues ! Je change ça 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Top