Haid Al-Jazil, le petit village yémenite

Curieuse formation rocheuse que voici ! Pour un peu, on se croirait dans un décor de la planète Tatooine. Et pourtant, rien à voir avec Star Wars, ni avec la magnifique Tataouine en Tunisie. Il s’agit d’un village atypique situé en plein coeur du désert du Yémen, qui surplombe la vallée depuis son énorme rocher. Souhaitons la bienvenue à Haid Al-Jazil sur Zone Blanche !

Vue de Haid Al-Jazil, Angel Perez Conde
Haid Al-Jazil, perché sur son rocher. © Angel Perez Conde / Flickr

Haid Al-Jazil fait son numéro d’équilibriste

Localisation de Haid Al-Jazil

Haid Al-Jazid s’est construit dans une vallée désertique du centre du Yémen, enclavée par des falaises vertigineuses et plates, qui donnent un style un peu “Grand Canyon”. Çà et là subsistent quelques gros rochers isolés : c’est précisément sur l’un d’eux qu’a été construit ce village, qui culmine à 150 m de hauteur. De quoi donner le vertige ! Autre curiosité de cet endroit : quand on regarde d’un peu plus près les constructions… on se rend compte qu’il s’agit majoritairement d’immeubles. Certains ont même jusqu’à 5 étages ! WTF ? Si vous aussi, ça vous étonne, vous avez probablement envie de connaître le pourquoi du comment.

Pourquoi Haid Al-Jazid joue-t-il à chat perché ?

Mais pourquoi diable construire sur ce gros caillou (et prendre le risque de passer par-dessus bord) au lieu de s’installer dans la vallée qui a l’air bien plus confortable ?

Vue aérienne de Haid Al-Jazil

L’explication est finalement assez logique, encore faut-il comprendre certaines problématiques climatiques propres à cet endroit. Haid Al-Jazid est situé dans un wadi (ou oued), plus précisément dans le wadi Dawan. Ce terme désigne une vallée fluviale “ponctuelle”, c’est à dire que le fleuve qu’elle abrite ne vit que lors de la saison des pluies (entre avril et septembre). Et quand il s’anime, ça ne rigole pas : la mousson cause régulièrement des crues, embarquant tout sur son passage avec ses grosses coulées de boue. D’ailleurs, Wikipédia indique que “C’est pourquoi on dit d’un wadi qu’il roule plus qu’il ne s’écoule”. Ça donne le ton !

Haid Al-Jazid, par Yhelteljel
Haid Al-Jazil planqué dans le wadi Dawan. © Yhelteljel.ee

En conséquence, les quelques rares âmes qui vivent dans cette vallée sont obligées de se réfugier sur les hauteurs pour ne pas subir ces désagréments, tout en se rapprochant le plus possible de leur seule source d’eau disponible en dehors des réserves souterraines (les lacs et rivières étant inexistants dans cette région).

Des immeubles 100 % écolo

En dehors de l’eau, les autres ressources sont également limitées, et vous remarquerez sur les photos que ce ne sont pas les arbres qui sont Légion. C’est pourquoi les habitants de Haid Al-Jazid ont construit leurs maisons avec ce qu’ils avaient sous la main : de l’argile et de la paille de maïs. Oui, vous avez bien lu : ces immeubles de plusieurs étages sont entièrement faits en briques de boue ! Seuls les planchers et fenêtres sont en bois.

Détail d'architecture, Phil Marion
Détail de l’architecture du Wadi Dawan. © Phil Marion / Flickr

Dans cette région au climat aride, elles sont suffisamment résistantes pour que les structures restent en place pendant des centaines d’années. Certains bâtiments auraient même 500 ans ! Par contre, il y a un inconvénient majeur : quand ça pleut, c’est la cata. Il faut effectuer une maintenance régulière des murs pour que les immeubles ne s’effritent pas…

Si vous êtes un fan de désert, vous pouvez toujours ajouter cette destination à votre to-do list, mais attendez que la situation se calme au Yémen. J’en avais déjà parlé dans mon article sur Socotra (une île Yéménite), mieux vaut ne pas y mettre les pieds pour l’instant. C’est trop dangereux ! Consultez le site du gouvernement français, du gouvernement belge ou du gouvernement canadien pour vous tenir informé.

Un peu de logistique…

Comment aller à Haid Al-Jazil ?

Haid Al-Jazil est situé dans le gouvernorat de Hadramaout. L’aéroport le plus proche se trouve à Say’un (appelé aussi aéroport de Seiyun), à 155 km. Deux compagnies aériennes opèrent : Felix Airways, qui relie Say’un à Aden et à la capitale Sana’a (actuellement suspendu), et Yemenia Airways, qui dessert Amman et Sana’a (toujours en activité à ce jour)

Où dormir ?

Je n’ai trouvé qu’un seul hébergement, il s’agit du Hayd Al-Jazeel Resort, qui n’est pas dans Haid Al-Jazil même mais un peu plus au nord dans la vallée, de l’autre côté du fleuve. Leur site web est HS, mais leur page Facebook continue d’être alimentée. Impossible de trouver autre chose : il faudra se renseigner auprès d’eux quand il sera à nouveau possible d’entrer au Yémen.

A voir également dans le coin

Shibam, le Manhattan du désert

Shibam, Will De Freitas
Voici Shibam ! © Will de Freitas / Flickr

Cette petite ville de 7 000 habitants bénéficie d’une renommée bien plus grande que sa cadette, elle est même inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Et pour cause : elle est considérée comme l’un des exemples les plus anciens d’urbanisme fondé sur la construction en hauteur. On ne parle pas de petits immeubles comme à Haid Al-Jazil… mais bien de bâtiments de 8 étages parfois ! Voici une petite vidéo de l’UNESCO qui permet de voir à quoi ça ressemble de l’intérieur.

Ancienne capitale du royaume de Hadramaout entre le IIIe et le XVIe siècle, elle était très prospère lorsque le commerce des épices et de l’encens battait son plein. La ville a ensuite peu à peu sombré dans l’oubli, et est aujourd’hui en péril à cause du risque d’inondations, de troubles civils et du manque d’entretien.

Pour la visiter, rien de plus simple : elle se trouve sur la route entre Say’un et Haid Al-Jazid, c’est donc un stop incontournable 😉

J’espère que cet article vous aura plu et que vous en avez plein les yeux ! N’hésitez pas à le relayer sur les réseaux sociaux : ça permet de faire comprendre qu’au Yémen, y’a pas que la guerre civile, mais aussi des coins sacrément spéciaux qui valent le coup que l’on s’y intéresse.

Pour aller plus loin

Yemen Tourism : la page officielle dédiée à la région d’Hadramaout (EN)
UNESCO : la page dédiée à Shibam (FR)
Wikitravel : la page dédiée au voyage au Yémen (EN)
Scribd : une présentation très intéressante sur l’architecture utilisée à Haid Al-Jazil et Shibam (FR)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top
Menu